AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit agitée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Nuit agitée   Ven 4 Jan - 1:20

    Andréa s'était à nouveau réveillé en sursauts dans son lit. Il était trempé de sueur, son visage ruisselait. Elle avait fait un horrible cauchemar. Ce cauchemar qui revenait sans cesse hanter ses nuits. Elle revoyait la fuite de son frère, le meurtre de ses parents. Et comme à chaque fois, elle se réveilla au moment où la main de sa soeur lui échappait. La jeune fille passa sa main sur son visage. Sa respiration était saccadée. Elle tenta tant bien que mal de reprendre son souffle. Elle s'était assise sur son lit. La tête lui tournait un peu. Elle se leva pour aller chercher un sweet sur une chaise au fond de la pièce qu'elle enfila. Elle s'approcha de la fenêtre et regarda le parc un instant. Il était baigné dans la lumière clair de la pleine lune. Bien consciente qu'elle n'arriverait pas à se rendormir, la jeune fille se décida à aller faire un tour dans la cuisine.

    Elle traversa le long couloir qui séparait sa chambre de l'escalier du hall. La maison était immense, mais Andréa s'y était sentie en sécurité depuis le premier jour où elle était arrivée. Ses pieds nus parcouraient le parquai de la maison. Elle arriva enfin dans la cuisine. Elle s'approcha du réfrégirateur et ouvrit la porte. Une lumière diffuse remplit alors la pièce. Elle y sortit une bouteille de lait et referma la porte. A tâtons, elle chercha la poignet du placard où étaient rangés les verres et en saisit un. Elle posa le verre et la bouteille sur la table et tira l'un des tabourets vers elle pour s'y asseoir. Elle se versa un verre de lait, qu'elle but d'une traite. Elle avait souvent des moments de solitude comme celui-ci où elle ne pouvait s'empêcher de penser à sa famille. Du moins ce qu'il en restait.

    Heureusement qu'elle avait Henri et Rufus. Ces deux là étaient ce qui rendait sa vie un peu plus supportable. Eux aussi avait vécu des situations difficiles et elle les croyait quand ils lui disaient qu'ils comprenaient. Bien qu'elle vivait depuis plus longtemps avec Henri, elle avait tout de suite été très ami avec Rufus, il était plus extraverti, son langage parfois plus châtié. Elle aimait bien le sang-gène dont il faisait parfois preuve. Il n'avait pas peur de dire les choses comme elles sont. Dans un pays où la liberté d'expression n'était pas dans les moeurs, où avoir son opinion était proscrit, cela faisait incroyablement de bien. Perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas le bruit des pas dans le couloir.

_________________
dès que je te vois
.


Dernière édition par le Lun 11 Fév - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Ven 4 Jan - 1:37

Rufus ne sut jamais ce qui l'avait réveillé. La rafale d'arme automatique lui avait semblé tellement réelle. Toujours est-il qu'il tournait en rond dans sa chambre depuis de longs moments, tout en se demandant quand il allait de nouveau trouver le sommeil. Le silence regnait dans la grande demeure. Le silence... Bientôt interrompu par le grincement léger du parquet du couloir. Les sens de Rufus se mirent instinctivement en éveil. Il n'arriverait plus à dormir maintenant. Tant qu'à faire, autant aller voir ce qui se tramait.

Il sortit de son sac à dos une arme assez courte, une sorte de pistolet automatique, un engin sans cartouche tirant des projectiles électriques. Il ouvrit silencieusement la porte, suffisament rapidement cependant pour voir une ombre furtive descendre dans le long couloir sombre. Rufus ne prit même pas le temps d'enfiler un t-shirt et sortit en boxer dans le couloir, bien après que la personne soit passée. Elle se trouvait en bas maintenant. L'escalier du hall grinçait doucement sous ses pas. Sa progression était lente et furtive. Il arriva finalement dans le hall, pour voir une lumière diffuse éclairer la cuisine pour s'éteindre rapidement. Un rôdeur ?

Rufus avança dans la cuisine son arme vers le sol. Il reconnu une couleur de cheveux qu'il avait déjà vue, dans la pénombre de la cuisine. S'était tout simplement Andrea qui s'était levée, et lui qui avançait avec une arme. Il s'approcha doucement de la pièce, tout en prenant soin de cacher son arme. Lorsqu'il arriva à l'entrée de la cuisine, il lâcha doucement depuis l'encradrement de la porte


Alors miss ? On a comme une petite fringale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Ven 4 Jan - 3:19

    Andréa sursauta quand une voix familière la sortie de ses pensées. Elle respira un bon coup. Elle était toujours un peu sur le qui-vive et là Rufus l'avait vraiment surprise. Elle avait tout de suite reconnu sa voix. Pas étonnant, Rufus et Henri était les seuls personnes qu'elle avait côtoyer depuis une plombe. Elle se retourna vers l'encadrement de la porte où elle reconnut la silhouette du jeune homme. Il lui semblait qu'il n'était que très peu vêtu. Ca aussi ça lui ressemblait. Qu'est ce qu'il pouvait bien faire ici à une heure pareil ? Question qu'il avait dû lui aussi se poser quand il l'avait aperçu dans la cuisine. Mais ce n'était pas inhabituel pour Andréa de errer dans la maison an plein milieu de la nuit. Elle sourit à la remarque de Rufus, bien qu'il ne pouvait certainement pas voir l'expression de son visage. C'était le genre de phrase typique qu'il pouvait sortir. Et elle aimait beaucoup cela, ça dédramatisait la situation.

    « J'arrive pas à dormir ... »

    Elle remplit à nouveau son verre de lait. Elle le fit tournoyer sur la table, faisant faire des petites ondes circulaire au liquide qu'il contenait. Elle le porta ensuite à ses lèvres et bu quelque gorgées. Elle passa le verre frais sur son front. Pour qu'elle raison Rufus était-il réveillé en pleine nuit ? Même s'ils étaient très complices, il n'avait évoqué que brièvement son passé. Andréa se posait souvent des questions à son propos. Mais de son côté, elle n'avait raconté que le strict minimum. Elle ne pouvait donc pas exiger du jeune homme qu'il lui raconte tout, même s'ils étaient les meilleurs amis du monde. Elle poussa un tabouret du pied, pour l'inviter à s'asseoir. Elle était assise juste en face de la fenêtre et regardait le ciel qui était un peu couvert. Mais son regard était vide, son esprit ailleurs que dans ce monde qu'elle haïssait tellement pour tout ce qu'il représentait.

    « Et toi qu'est ce que tu fais là ? »

    Elle savait que la raison que Rufus lui donnerait ne serait peut-être pas la bonne. Et elle ne lui en voulait pas pour cela. D'un autre côté, plus le temps passait et plus ils devenaient proches, plus ils se faisaient confiance. Peut-être qu'un jour Rufus accepterait de lui parler. Elle ne voulait surtout pas le brusquer, elle voulait qu'il parle de son total plein gré, c'est pour cela qu'elle n'insistait jamais. Elle savait à quel point il était sur de parler. C'était comme une souffrance qu'on était obligé de revivre, se remémorer les détails, la peur, le malheur. En plus de ces mauvais rêves, Andréa était rongé par l'inconnu de la situation de sa soeur cadette. Elle y pensait sans arrêt et encore plus quand elle était seule et qu'elle n'avait rien pour occuper son esprit.

_________________
dès que je te vois
.


Dernière édition par le Lun 11 Fév - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 13 Jan - 1:10

Rufus contempla un court instant Andréa. Elle était si jeune, si dynamique, si jolie, si... Désirable. Rufus sentit un instant son coeur s'arrêter tandis qu'il essayait de se détacher de ses pensées. Il secoua doucement la tête. Voila qu'il se prenait à trouver Andréa attirante... C'est vrai qu'elle était particulièrement jolie, mais Rufus l'avait toujours vue comme une amie, ou plutôt une sorte de soeur, qu'il fallait protéger. La voix d'Andréa le tira de ses réflexions. Elle n'arrive pas à dormir. C'était une sorte de code qu'il avait réussi à comprendre. Celà voulait dire simplement qu'elle avait pensé à sa soeur. Rufus l'aidait à la chercher, mais il était dur de la retrouver, tant le régime adorait la paperasse. Andréa l'invita à s'asseoir mais Rufus ne bougea pas, l'arme toujours dans son dos. Il entendit vaguement la question d'Andréa, perdu dans ses pensées.

Hum... Je n'arrivais pas à dormir. Je me suis demandé qui pouvait bien se lever à une heure aussi tardive ou matinale.


Rufus posa discretement l'arme sur une tablette qui se trouvait à l'entrée de la pièce, hors du regard d'Andréa. L'arme était maintenant invisible, pourquoi ne pas rentrer un peu ? Il regarda le tabouret vide face à Andréa puis entra doucement dans la pièce. Il alla chercher un verre de jus de fruits dans le réfrigérateur puis il s'accouda au plan de travail, regardant Andréa silencieusement. C'est vrai ellle était belle. Mais Rufus savait l'attirance d'Henri pour Andréa. Mais ce grand bêta n'osait rien faire. Rufus soupira doucement. Il espérait quand même pouvoir trouver l'ame soeur lui aussi, malgré les temps troublés. Il secoua les épaules, de cette manière distinctive qu'il avait lorsqu'il était gêné.

Dis-moi... Tu es certaine que ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 13 Jan - 3:36

    Andréa sortit un peu de ses pensées. Elle sourit à la réponse de son ami. Andréa connaissait le mimique de Rufus, les phrases qu'il avait l'habitude de dire régulièrement, ses répliques singulières. Elle connaissait son caractère et pouvait la plupart du temps appréhender ses réactions. Son langage, ses postures, tout cela lui était familier. Pourtant le garçon avait toujours su se faire discret sur son passé, et pas une seule fois il n'avait lâché ne serait-ce qu'une bribe de détail, pas le moindre petit indice. Andréa avait toujours été très curieuse, mais son tempérament avait bien changé depuis la mort de ses parents et le respect qu'elle avait pour le jeune homme la retenait de poser des questions. Rufus devait avoir le sommeil léger s'il l'avait entendu traverser le couloir, car on ne pouvait pas dire qu'Andréa était ce qu'il y avait de plus bruyant.

    « On dirait que je ne suis pas la seule à avoir le sommeil léger... »

    L'attitude de Rufus était assez étrange. Il restait à l'écart, ce qui n'était pas dans ses habitudes. Un peu distant, ce qu'Andréa ne lui connaissait pas. Mais elle ne voulu pas s'attarder la dessus. Quelques fois, le garçon avait un comportement qu'elle ne pouvait expliquer, c'était son cas aussi donc elle n'en tenait pas compte. La vie au manoir, même si elle était plus agréable qu'à l'extérieur, était tout de même étrange parfois. Elle regarda la silhouette du jeune homme se diriger vers le réfrigérateur. Elle pouvait le voir plus distinctement maintenant, ses yeux s'étaient habitué à l'obscurité et la lumière de la lune baignait la cuisine dans une espèce de lumière diffuse. Quand Rufus lui demanda si elle allait bien, Andréa eu une sorte de tressaillement, un frisson parcouru son échine quand elle repensa à l'horrible cauchemar qu'elle avait fait juste avant.

    « Je suis un peu préoccupé... ma soeur... ça me travaille beaucoup... Et puis ce cauchemar qui revient... »

    Elle avait également l'impression que Rufus lisait en elle comme dans un livre ouvert. Il aurait été impossible pour elle de lui cacher la moindre émotion. De toute façon elle n'en aurait pas la force et ne le voulait pas. Elle savait qu'elle pouvait se confier à lui et elle lui faisait confiance. Même s'il était parfois difficile de parler de certains sujets, il valait mieux qu'elle n'enfuisse pas toutes ses craintes et ses préoccupations en elle. Elle se rappelait toujours de cette métaphore utilisée par son frère : la cocotte minute. On entasse, on entasse, et puis un jour ça fini par vous éclater à la gueule et tout les problèmes qu'on croyait enfui remontent à la surface. Maxime avait toujours le mot juste. Lui saurait sûrement quoi faire dans sa situation. Mais voilà, il n'était pas là. Certains jours, Andréa lui en voulait, elle était folle de rage contre lui. Mais cela ne durait jamais longtemps parce qu'elle s'inquiétait aussi pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 13 Jan - 18:24

Rufus ne put s'empêcher de sourire à l'évocation de la préoccupation. C''st vrai qu'Andréa ressassait ses problèmes, et celà lui jouait parfois des tours. Elle gardait tout pour que tout éclate un jour et la détruise doucement. Rufus était lui même préoccupé par un tas de choses. Il essayait d'extérioriser, mais il n'y parvenait pas. Une petite idée dérrière la tête, il s'assit sur le tabouret face à Andréa, avec un grand sourire béat sur le visage.

Tu sais... Quand il existe des choses qui te préoccupent de trop, il est important de pouvoir détourner son esprit de celles-ci. C'est pourquoi...

Rufus se leva silencieusement et se dirigea vers un placard. Il y chercha quelque chose, une chose de bien cachée. Il se tourna vers Andréa et se rassit, les mains cachées dans le dos. En la fixant dans les yeux, il sortit une bouteille d'alcool comme par enchantement, un vieux bourbon pur malt.

... Tu vas boire un verre avec moi et te changer les idées. Ne demande pas. Je l'ai trouvé dans la cave du manoir. D'ailleurs il n'y a pas que du bourbon... Mais aussi quelques grands crus millésimés. J'aurais jamais cru que cela puisse encore exister...

Rufus attrappa sans un mot le verre d'Andrea et le vida doucement dans l'evier juste à côté d'eux. Avant même qu'elle puisse dire quelque chose, il le remplit d'une large dose d'alcool ambré, sachant pertinnement que la bouteille risquait d'y passer si Andréa devait oublier ses démons, ne serait-ce qu'un court instant. Mais bon... Elle devait faire abstraction un court instant de se qu'il l'entourait et se prendre une bonne vieille cuite à l'ancienne était souvent un des meilleurs remèdes, même si la tête le faisait sentir le lendemain matin. Il poussa le verre vers elle puis il se servit lui aussi, mais la dose était néanmoins plus faible que celle qu'il avait versé à Andréa.

A la tienne, Andréa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 13 Jan - 21:16

    Andréa regarda Rufus s'assoir en face d'elle. Il avait soudain changé d'attitude. Andréa n'en était pas vraiment étonnée. C'était l'époque qui voulait cela. Les gens changeaient. Mais Andy connaissait ce sourire, elle avait déjà eu l'occasion de le voir à plusieurs reprises. Elle le connaissait tout de même depuis tout ce temps. Et elle savait que celui-ci avait une idée derrière la tête. Elle le dévisagea quelques instants, attendant qu'il lâche le morceau. Il finissait toujours par avouer ses intentions. Elle fut très attentive à son discours, écoutant chaque mots qu'il prononçait. Rufus avait une recette miracle pour oublier les problèmes et Andréa était bien curieuse de savoir laquelle. Elle ne le quitta pas des yeux quand il se leva et marcha en direction d'un placard. Andréa le regardait, septique. Qu'est ce qu'il avait bien pu inventer encore ?

    Qu'est ce que ...

    Rufus sortit de derrière son dos une vieille bouteille. Elle était toute poussiéreuse et Andréa ne mit pas longtemps pour savoir de quoi il s'agissait. Comment le jeune homme avait-il fait pour dégoter cela ? Elle secoua la tête d'un mouvement de droite à gauche. Elle se mordit la lèvre inférieur et un sourire s'esquissa sur son visage. Cela faisait tellement longtemps que la jeune femme n'avait pas bu d'alcool. Les nombreuses questions qu'elle se posait ne tardèrent pas à trouver une réponse. Le garçon y répondit sans qu'elle n'ai besoin de lui les poser. Elle était souvent parti à la découverte du manoir, mais n'avait jamais mis les pieds à la cave. Rufus apparemment s'y était aventuré. Elle n'eut pas le temps d'ajouter un mot que le garçon avait déjà pris son verre dont il avait vidé le contenu dans l'évier et remplit d'un liquide jaunâtre.

    Depuis quand tu as cette bouteille ?

    Elle remarqua tout de même que son verre était bien plus remplit que celui de Rufus. Mais qu'importe, elle était d'humeur à se mettre une mine. Au moins cela viderait son esprit de toute pensées désagréables. Andréa attrapa le verre que Rufus avait rempli pour elle et le fit tourner sur la table. Le liquide fut parcouru d'ondes circulaires. Andréa l'approcha de son nez, ses sens olfactifs étaient en émois. L'odeur du vieil alcool emplit ses poumons. Apparement cette bouteille de bourbon devait traîner là depuis des lustres. Andréa leva son verre vers Rufus quand il trinqua. Elle regarda à nouveau son verre que les rayons de la lune traversaient. Elle approcha le verre de sa bouche et vida le contenu de celui-ci d'une traite. Son visage fut tordu en une grimace. Andréa toussa alors puis fit glisser son verre vers Rufus afin qu'il le remplisse à nouveau.

    A la tienne...

_________________
dès que je te vois
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 17 Fév - 17:01

Rufus considéra Andréa avec un sourire au coin des lèvres. Elle semblait effectivement vouloir boire ce soir. Et bien qu'il en soit ainsi, si cela pouvait l'aider un peu à oublier ce qu'il se passait dans sa tête. Il la regarda jouer avec le verre d'alcool, le sentant et savourant son odeur, devenue maintenant si prononcée et bienfaisante. Rufus prit le temps de répondre à sa question d'une manière calme et sereine.

Cette bouteille traîne ici depuis assez longtemps. J'ai dû la, enfin plutôt les cacher; Henri n'appréciant que très moyennement ce rabaissement de la race humaine comme il dit si bien.


Rufus regarda Andréa vider son verre d'un trait, tandis qu'une grimace tordait son visage.

Plus habituée à boire hein ? Ne t'inquiète pas, les bases reviennent très vite, un peu comme le vélo. Ça ne s'oublie pas...


Rufus vida son verre, lui aussi d'un trait. L'alcool réchauffa sa gorge et brula doucement son œsophage tandis qu'il descendait doucement dans ses entrailles. Il posa son verre sur la table, remarquant qu'Andréa lui avait déjà tendu le sien.

Hé bien... Tu m'as l'air particulièrement motivée ce soir...


Rufus le remplit de nouveau le verre d'Andréa, puis le sien. Il posa doucement la bouteille sur la table puis contempla longuement la jeune femme, subjugué par sa beauté, qui resplendissait au clair de lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Dim 17 Fév - 18:38

    Andréa sourit à l’évocation d’Henri. C’est vrai que parfois il avait une façon de parler très snobinarde. Mais Andréa adorait cela. Il utilisait des mots qu’elle n’avait même jamais entendu. C’était évidement dû à son héritage familial. Il était issu d’un milieu bourgeois et ses manières s’en ressentaient. La débauche n’était pas quelque chose de naturel pour le jeune homme et tout ce qui s’y rapportait était proscrit. Mais ce n’était pas pour autant qu’Andréa et Rufus mettait en pratique ses règles. De toute façon, Henri ne leur tenait jamais tête. Il était plutôt introverti. Mais il restait tout de même un être très gentil et avenant. Il ne les jugeait pas et eux en faisaient de même. Tous les trois vivaient dans un microcosme où ils veillaient les uns sur les autres.

    « Tu m’étonnes… »

    Un petit rictus se dessina sur les lèvres d’Andy quand Rufus lui dit que boire de l’alcool était comme faire du vélo, que ça ne s’oubliait pas. S’était tout à fait son genre. Elle le regarda un instant boire son verre à la manière d’un vieil habitué. Il ne lui manquait plus qu’un cigare et il pourrait être l’archétype d’un mafioso, le genre qui boit un bon pur malt et fume le meilleur des havanes dans un grand fauteuil noir en cuir devant un bureau avec une plaque en or portant son nom. C’était du jolie. Andréa se demandait comment était la vie du garçon avant. Lui aussi avait un nom qui faisait plutôt gens de la grande société. Mais cela ne voulait rien dire du tout.

    Rufus parut surpris de l’engouement soudain qu’Andy avait pour l’alcool. Cela faisait des mois qu’ils étaient enfermés ici sans grande distraction. Pour une fois qu’ils pouvaient faire quelques folies et se laisser aller. Elle qui était toujours sur le qui-vive, cela ne lui ferait pas de mal d’oublier un peu ses problèmes. La vie continuait et elle était douloureuse, il fallait faire avec. Andréa porta à sa bouche les manches trop longue de son sweet. C’était une mauvaise habitude qu’elle avait toujours eu depuis toute petite, ronger les bords de ses manches.


    « Avec tout ce que tu as profité … Y a pas de raison que je fasse pas pareil. »

    Elle attendit qu’il lui reverse un verre. Elle tendit son bras pour reprendre son verre et le porta à ses lèvres. Mais cette fois, elle ne prit qu’une gorgée, qu’elle garda un moment en bouche pour déguster tous les arômes. Elle savoura son verre, comme la chose rare qu’il était. Elle releva la tête vers Rufus qui la regardait d’un air étrange. Elle lui sourit tout en l’observant. La lumière de pleine lune baignait la pièce d’une espèce de halo brumeux. Ses yeux s’étaient peu à peu habitués à l’obscurité et elle distinguait nettement le garçon maintenant. Elle observait ses muscles finement sculptés et se demanda qu’elles étaient les raisons de cette musculature. Elle lui demanda alors, le ton de la voix un peu enjoué :

    « Pourquoi tu me regardes comme ça ? »

_________________
dès que je te vois
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Sam 26 Avr - 12:27

HJ / Désolé petite réponse... suis pas en forme ces derniers temps... / HJ

Rufus retint un sourire malin. Pourquoi la regardait-il... Pour la même raison qu'un individu lambda envers une jolie demoiselle. Elle était effectivement jolie, sublime même. Surement un véritable bourreau des cœurs. Elle était désirable et Rufus s'en voulut de penser à ce genre de choses en de pareilles circonstances. Son respect pour Andréa ferait qu'il n'envisageait rien entre eux, rien de plus qu'une relation d'amitié et de confiance. Il secoua doucement la tête et fixa son regard dans celui de la jeune femme pour enfin répondre à sa question.

"Rien... Je te regarde comme cela car tu as changé... Changé par rapport au moment où je t'ai rencontré. Rassure-toi, tu n'es pas devenue un monstre, loin de là. Mais tu as embelli je pense..."

Il s'interrompit en terminant son verre. Il se mordit la lèvre pour avoir dit ce genre de paroles. Comment allait-elle le prendre ? Rufus se sentit presque de trop, mal à l'aise vis-à-vis d'Andréa. Elle était effectivement jolie, un véritable petit ange. Mais un petit ange avec un lourd passé... Elle cachait au fond d'elle de bien lourds secrets, que Rufus se gardait d'évoquer en sa présence. Il ne savait en vérité que peu de choses sur elle
.

"Pour ce qui est de profiter des bouteilles, je t'assures que tu aurais pu trouver bien avant... Le tout était de chercher."


Rufus croisa furtivement le regard de la jeune femme, qui semblait perdu dans la contemplation de son corps (sic !). Il s'interrogea sur le pourquoi de son regard, tandis que sa voix enjouée cachait quelque chose. Il termina silencieusement son verre, le posant presque sans un bruit sur la table. Il se rapprocha de la jeune femme et la fixa sans un mot.

"Et toi ? Pourquoi me fixes-tu comme ça ? On dirait que je t'intrigue..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Ven 2 Mai - 18:37

    Andréa releva la tête, elle venait de se rendre compte qu’elle avait toisé Rufus avec pas mal d’insistance. Elle écouta les paroles de Rufus d’une oreille distraite mais elle quand elle entendit ses derniers mots, la jeune fille ne pue s’empêcher de piquer un fard. Ce n’était pas vraiment le genre de Rufus de lui faire des compliments, en général, il préférait plutôt la taquiner. Quand Andréa était arrivé au manoir, il est vrai qu’elle était plutôt maigre, pâle. Depuis quelque temps, elle commençait à reprendre des couleurs. Elle n’avait vraiment pas l’habitude de ce genre de réflexions et ne savait pas trop comment le prendre. Elle se contenta de sourire au jeune homme.

    Apparemment, Rufus n’avait pas non plus prévu ce qu’il venait de dire car il semblait un peu confus. C’était certainement sorti impulsivement et c’est ce qui troublait encore plus la demoiselle. Elle ne pu se retenir de noter ce petit geste de la bouche, ce petit mordillement de lèvre qu’il faisait quand il était troublé et qu’elle aussi avait l’habitude de faire. C’était plus un toc qu’autre chose. Mais c’était vraiment très séduisant. Même si Andréa connaissait bien le garçon qui se tenait devant elle, elle faisait chaque jour de nouvelles découvertes à son propos. Que ce soit dans son caractère, son comportement ou alors dans ses idées et ses opinions. Il se dévoilait un peu chaque jour.

    Elle secoua la tête négligemment quand Rufus lui dit qu’elle aurait facilement pu trouver les bouteilles si elle avait cherché. Mais cette idée ne lui était jamais venu à la tête à vrai dire.


    « Tu aurais quand même pu me le dire au lieu de garder ça pour toi … »

    Andréa fit la moue. Elle ne boudait pas pour de vrai évidemment, mais elle aimait bien faire semblant, histoire qu’on s’apitoie sur elle. Andréa essaya de capter le regard de Rufus mais celui là semblait déjà ailleurs, elle le regarda poser son verre et s’approcher d’elle. Ce que redoutait la jeune femme avait effectivement eu lieu, Rufus s’était aperçu qu’elle le détaillait et lui en demanda les raisons. Si Andy avait pu devenir plus rouge, elle l’aurait été. Qu’est ce qu’elle allait bien pouvoir lui répondre ? Qu’elle trouvait qu’il était très musclé et qu’elle trouvait cela très beau ? Ses idées s’embrouillaient. Elle n’avait jamais vu Rufus sous cet angle. Etait-ce dû à l’alcool qui altérait ses idées ?

    « Oui tu m’intrigues … je me suis souvent demandé quels secrets tu pouvais bien dissimuler derrière cet air enjoué … »

    Elle avait lâché ces mots sans vraiment y réfléchir mais il faut dire que la question la titillait depuis belle lurette. Elle n’avait simplement jamais voulu lui demander de peur de lui faire de la peine ou qu’il ne l’envoie bouler. C’était un sujet que jamais ils n’abordaient, c’était une espèce de règle qui c’était mise en place sans qu’ils aient besoin de la mentionner. La loi du silence. Mais ce soir c’était différent. L’alcool commençait peu à peu à inhiber les barrières du langage. Elle n’appréhendait pas la réaction de Rufus.

_________________
dès que je te vois
.


Dernière édition par Andréa Ferréol le Lun 23 Juin - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Mer 7 Mai - 23:19

Rufus sourit doucement. L'art du secret. Il était doué pour ça, cet art subtil de cultiver le silence, d'esquiver les questions et de répondre sans approfondir. C'est pour celà qu'il n'avait rien raconter à Andréa concernant les bouteilles. Il pensait qu'elle les trouverait d'elle-même, sa curiosité était assez développée. Cependant, il fallait se rendre à l'évidence, sa curiosité n'était pas si poussée qu'il le pensait. Rufus hésita un instant avant de parler d'une voix calme

"Je pensais que ta curiosité t'aurait poussée à farfouiller dans la maison. Mais a priori, je me suis lourdement trompé..."

Rufus contempla un instant le visage enjouée d'Andréa. Elle l'abordait franchement. Et pour une fois, il ne se sentait pas le cœur ni l'envie de la repousser. A bien y réfléchir, il était las. Las de cette vie, las de ce monde et las de cette existence, partagée entre méfiance et suspicion. Andréa lui demandait presque indirectement de lui raconter ce qui c'était passé avant, et le pourquoi d'aujourd'hui.

"Les secrets sont faits pour être tus... Les dire ne réouvre que d'anciennes blessures et s'attarder sur le passé est bien hasardeux."

Rufus se maudit. Il détournait encore la réponse... Ce devenait une habitude. Décidément, il était doué pour le secret. A croire qu'il aurait presque pu faire un sublime espion pour le gouvernement. Rufus se rapprocha encore plus d'Andréa. Il sentait son parfum, un mélange léger, agréable. Il ferma doucement les yeux et soupira. Il se voilait la face. Il était aussi très fort dans ce jeu là. Nier les évidences. Impulsivement ou du moins sous l'effet imprévu de l'alcool, il déposa un baiser sur les lèvres d'Andréa, tandis qu'il se reculait soudainement, d'une manière vive.

"Désolé. C'est un erreur de ma part..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Jeu 8 Mai - 1:12

    La réflexion que Rufus lui avait faite ne lui avait guère plut. Mais elle ne le montra pas. Elle avait l’impression de décevoir le jeune homme et cela elle ne le supportait pas. C’était assez étrange comme sentiment, jamais il n’y avait eu d’ambiguïté entre eux deux. Ils étaient des amis. Du moins c’est ce qu’elle avait toujours cru jusqu’à présent. Mais elle se posait de plus en plus de questions. Le bout de ses doigts picotait et ses jambes étaient en coton. Si elle n’avait pas été assise, elle aurait parié qu’elle ne tiendrait pas debout. C’était certainement dû à l’alcool qu’elle avait bu, du moins c’est ce qu’elle pensait. Mais cette soudaine proximité entre les deux jeunes gens y était certainement aussi pour quelque chose. Andréa avait finalement pris la mouche, pour de bon. Elle mordait sa lèvre inférieure pour se retenir de toute réflexion, elle savait que s’énerver ne servait à rien. Surtout qu’il n’y avait aucune raison. Elle se contenta d’ajouter sombrement :

    « Tu pensais mal… »

    Elle baissa la tête et observa son verre vide dans le clair de lune. Ce n’était pas une bonne idée d’avoir bu de l’alcool. Ses idées se mélangeaient dans son esprit. Mais d’un côté, elle pensait à des choses auxquelles elle s’était refusée depuis longtemps. Des mots comme amour, tendresse, passion, sonnait dans sa caboche. La situation actuelle ne permettait pas d’avoir la moindre bribe d’histoire amoureuse, on avait pas le temps et d’autres préoccupations. Mais cela lui manquait. Elle avait besoin d’une personne auprès d’elle. Évidemment la présence d’Henri et Rufus était permanente, mais elle ne les avait jamais vus que comme des amis, des frères. Andréa avait besoin de plus qu’une simple affection fraternelle. Elle avait passé tellement de temps à penser à la disparition de Maxime et Emma qu’elle avait reporté cette frustration sur les deux garçons. Elle s’était attaché à eux pour combler le manque l’absence de son frère et sa sœur et ne les avait jamais vus comme ce qu’ils étaient en fait, deux jeunes hommes particulièrement séduisants.

    Depuis le temps qu’ils étaient ici, Andréa pensait qu’elle et Rufus entretenait une relation particulière. À la vie à la mort. Et cela la blessait qu’il ne veuille se confier à elle. Elle pensait avoir assez d’importance pour lui pour qu’il veuille bien partager ses peines avec elle. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle était restée très discrète sur ses blessures. C’était surtout ses émotions qu’elle masquait, elle s’était enfermée dans une bulle. Mais l’alcool, la fatigue, la lassitude avait fait fondre tout ce déguisement. Elle en avait assez de jouer un jeu, d’être toujours sur ses gardes et de rester grave. Elle avait dix neuf ans et voulait profiter des plaisirs de son âge, peu importe ce que le gouvernement lui autorisait ou non. Et la gravité de Rufus en cet instant l’énerva encore plus. Pensait-il qu’elle n’était pas assez digne de confiance ? Est ce qu’il croyait que ce qu’il avait pu vivre était pire qu’elle qui avait vu tuer ses parents devant ses yeux ? Elle aussi était meurtrie. Elle cogitait tellement qu’elle ne se rendit pas compte que Rufus s’était rapproché d’elle.

    Au moment où elle releva la tête, son visage était très proche de celui du jeune homme. Cette nouvelle promiscuité était nouvelle et Andréa était confuse. La suite des évènements n’arrangea pas la situation. Rufus posa ses lèvres contre les siennes et y déposa un baiser. Cet instant se grava dans la mémoire de la jeune fille. Les lèvres du garçon étaient douces comme la pêche et avaient encore un petit goût de rhum. Il se recula soudain, Andréa ne comprit pas bien. Elle se fichait éperdument qu’il dise que c’était une erreur de sa part. Elle n’avait jamais ressentit quelque chose de tel depuis bien longtemps. Peu importe ce qu’il disait. L’espace d’une fraction de seconde, elle s’était senti légère. Andréa posa sa main sur la joue du jeune homme pour relever son visage baissé et le regarda dans les yeux. Ces derniers étaient tristes et touchants. Elle posa à son tour ses lèvres sur celle de Rufus pour lui donner un doux baiser. Elle fit glisser son nez sur la joue du garçon et approcha sa bouche de son oreille où elle murmura :


    « C’était tout sauf une erreur de ta part … »

_________________
dès que je te vois
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Rufus Van Heyden
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 30
Date d'inscription : 22/12/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: La valeur de l'homme ne se mesure qu'à la portée de ses actes

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Lun 9 Juin - 21:03

Rufus sentait monter une certaine excitation en lui. Il n'aurait pu dire à quoi celle-ci était due. L'alcool ? Ou encore le baiser donné par Andréa ? Son cœur battait la chamade et semblait prêt à jaillir de sa poitrine. Il se rapprocha doucement d'Andréa, le souffle court. Il plongea son regard dans les sublimes yeux de la jeune femme. Elle était vraiment attirante. Il s'en voulu d'avoir un instant de telles pensées vis-à-vis d'une personne qu'il considérait comme sa sœur. Il murmura doucement :

" Je... Enfin je maintiens que c'était une erreur... "

Il baissa le regard. Retenant une parole, il se mordit la lèvre jusqu'au sang, préférant étouffer les paroles qui auraient pu sortir de sa bouche. L'alcool n'arrangeait rien à l'extrême confusion qui régnait en lui. Sa relation avec Andréa avait toujours été basé sur une grande confiance, malgré une sorte d'accord tacite concernant leurs passés respectifs. Mais Rufus avait appris plus de choses sur Andréa qu'Andy avait pu en obtenir sur lui. Rufus soupira doucement. Il était attiré par elle. Mais elle, l'était-elle ? N'allait-il pas commettre une lourde erreur ? Rufus effleura du bout du doigt l'épaule d'Andy. Il approcha doucement son visage de celui de la jeune femme et resta là, interdit, cherchant bien ce qu'il pourrait ensuite faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Ferréol
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 25/11/2007

Fiche de personnage
Relations / Connaissances:
Devise: Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes. W. Shakespeare

MessageSujet: Re: Nuit agitée   Mer 25 Juin - 1:44

    C’était déjà la deuxième fois qu’il répétait ces mots. C’était une erreur de sa part. Il paraissait formel. Mais pourtant, Andréa avait cru déceler dans le baiser qu’il lui avait donné une flamme, quelque chose de magique. Et même si ce n’était qu’une pulsion, l’espace d’un instant, son être l’avait réclamé elle. Et ça lui avait suffi. Mais maintenant, le doute s’emparait d’elle. Elle ne savait pas trop où elle en était. Elle se sentait tellement stupide. Elle venait d’allumer Rufus. Rufus ! Elle avait l’impression de s’être rendue ridicule. Lui certainement ne l’avait pas repoussée pour ne pas la blesser mais il lui avait tout de même dit qu’il ne pensait pas que ce qu’il avait fait était bien. Andréa était partagé entre un sentiment de honte et un fort désir envers Rufus. Mais à ce moment précis elle ne savait que faire. La jeune fille se mordit la lèvre inférieure et baissa la tête, fixant ses pieds comme si tout d’un coup c’était la chose la plus exceptionnelle qu’elle ai jamais vu.

    « Tu as peut-être raison … »

    Andy se maudit pour ses paroles. Pour elle, ce n’était vraiment pas une erreur. Même si l’alcool avait joué un grand rôle dans l’inhibition de ses barrières et ce baiser, elle l’avait voulu. Cela l’avait juste aidé à passer à l’acte. Tout cela n’avait aucun sens, mais Andréa ne cherchait pas à trouver de logique, elle laissait son cœur dicter son comportement. Et même si cela pouvait sembler incongru, si cette attirance envers le jeune était soudaine, elle émergeait de son inconscient. Andréa adorait Rufus, elle le connaissait si bien et pourtant tellement peu. Il y avait en lui un certain mystère qui le rendait méchamment attirant. Il avait toujours été son ami, comme un frère mais Andréa voulait plus. Elle voulait tout partager avec lui, son intimité, ses craintes, ses tourments. Elle voulait qu’il ait autant confiance en elle qu’elle avait confiance en lui. Elle releva les yeux vers le visage du jeune homme, plongea son regard dans ses magnifiques iris bruns.

    « … ou peut-être pas … »

    Andréa ne savait pas sur quel terrain elle s’engageait mais peu importait. Elle dégluti avec difficulté, elle avait la gorge un peu sèche. Et sur ses lèvres elle gardait le souvenir de ses lèvres à lui. Un souvenir qu’elle n’oublierait probablement jamais. Mais elle ne voulait pas que ce soit la première et dernière fois. Elle voulait qu’il y en ait d’autres. Elle en avait besoin. Elle avait besoin d’amour dans cette vie de merde où tout partait en couille. Elle avait besoin de sécurité. Andréa approcha sa main du visage de Rufus, écarta les cheveux de son visage, caressa sa joue. Son regard ne cillait pas. Elle approcha à nouveau son visage, près très près, de manière à pouvoir sentir le souffle du garçon sur son visage. Leurs lèvres se touchaient presque. Elle y déposa un baiser délicat avant de s’écarter de lui. Elle descendit du tabouret, elle n’avait pas d’autre idée que de le prendre par les sentiments. En même temps elle n’avait rien à perdre. Ça passait ou ça cassait. Elle se leva décidée à rejoindre sa chambre s’il ne l’en empêchait pas. A son niveau elle se retourna pour lui adresser encore ses derniers mots.

    « La balle est dans ton camp … »

_________________
dès que je te vois
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2046.rpg-board.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit agitée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit agitée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin de nuit agitée
» Sommeil agité et logistique
» Dents ou sommeil agité ?
» Une bêtise, sensibilité à la plein lune,
» Réaction aux vaccins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
2046 :: Le Manoir :: Intérieur du Manoir :: Cuisine-
Sauter vers: